La petite armée

La garde Imperiale arriva à Portoferraio à la fin du mois de mai 1814, aux ordres de Cambronne elle est reduite à quatres compagnies composées de 675 grenadiers, 118 chevaliers polonnais , 43 cannoniers, de gendarmes et de chasseurs à pied.

La compagnie Napoléon comprends 21 marins de la garde sous le capitain Taillade. Trois mamelouks font partie de la suite, sous le nom d’Ali, devoué et loyal valet de l’Empereur, se cache l’identité de Louis Etienne Saint Denis sostitu du turc Roustand resté à Fomtaineblau.

Le corse Paoli avait le commandement des gendarmes faisant partie de la garnison avant l’arrivèe de l’Empereur, faute de pouvoir s’integrer, la garde locale est dispersée.

Seulement a partir du mois de janvier 1815, l’armée sera organisée d’une facon définitive. Les chasseurs sont logés dans l’ancient couvent qui va devenir la Caserne Delauger, les grenadiers au fort Stella, les lanciers polonnais au fort Falcone, leurs officiers au pavillon dei Moulini sous les ordre du baron Jermanovsky.

Les officiers sont nombreux car jugés souspects et reformés par les gouvernements restaurés, ils arrivent de tous les coins de l’Europe. Les hommes sont indisciplinés, les desertions sont nombreuses surtout dans le bataillon corse, les recidives sont relégués sur la petite ile de Pianosa.

Le solde de grenadiers et des chasseurs etait de 1,16 francs la journée, 1,66 pour les caporales, 2,20 pour les sergents. Les depences de l’armée à la fin du 1814 etait arrivées aà 30.000 francs, le budget prevu pour l’année suivante sera de 107.000, les appointements et les indennités de logement sont costamment reduits et si le militaires etaient accompagnés de leur famille devaient s’accomoder avec une seule ration journalière.

Home Page
www.elbasun.com

© 2001 ElbaSun - Tutti i diritti sono riservati